#24 Dans le vent
|

#24 Dans le vent

Les expressions comme les corps tombent en désuétude. Être dans le vent, tomber dans l’oubli, tomber sous la loi de la gravité, la peau plisse, celle des maisons aussi, se lézarde et s’ouvre, comme un souci d’honnêteté, oser l’étape de l’ouverture, la déchirure, ne pas s’arrêter juste avant, à temps, y aller franco, le fer rouille, tache le crépi, érafle le béton dans lequel on l’avait fiché, être une jeune fille dans le vent,

#23 Chez Bruno
|

#23 Chez Bruno

Elle guidait son voyage à lui, c’est ce qu’il imaginait. Il rêvait qu’elle lui raconte le sien. Qu’elle réponde à ses questions. Ils se seraient attablés chez Bruno. Il faudrait attendre avril ou mai pour qu’il ouvre la terrasse. Rouge des tables, des chaises, des parasols sur le bitume noir. Ils auraient choisi la meilleure place, celle qui est abritée du vent par la guérite en bois et par la vitre, dans le coin à gauche de l’entrée. Et dans ce face à face pesant pour deux personnes qui se connaissent à peine, la vue sur la mer à 180° pour les yeux s’échapper si nécessaire. Tout à côté le mouvement des vans qui amènent les trotteurs sur la plage, le bruit des sabots amplifié par les parois métalliques, les grooms qui les attèlent, les harnachent. Ils auraient commandé une bière

#22 Les Myrtilles
|

#22 Les Myrtilles

Le nom qu’on leur a donné… Résidences secondaires (suite)

« Tu ne pouvais pas me laisser faire ? Tu as vraiment fait n’importe quoi ! » Sa voix hargneuse, sa voix colère, sa voix qui perce les haies des voisins, passe au-dessus du mur du fond du jardin. Sa voix qui se croit seule. Sa voix longtemps à hurler. Sa voix injures. Sa voix insanités |…]

#21 Ma petite folie
|

#21 Ma petite folie

Le nom qu’on leur a donné… Résidences secondaires (suite)

Si vite passée, une vie. Comme les autres, elle ne l’avait pas cru. Entendu peut-être, mais pas assimilé. Pour bien mourir, il faut ne pas avoir de regrets. Est-ce qu’elle en a ? À part peut-être d’avoir été trop sage, quand tant d’autres autour se permettaient… Mais quoi donc[…]

#20 L’abri côtier
|

#20 L’abri côtier

C’est là qu’elle vivait, lui avait-on dit. Du moins c’est le bruit qui avait couru, que le sourd-muet lui avait offert un temps d’occuper sa vieille caravane, celle qui était placée à côté de sa maison à lui, une espèce de hangar préfabriqué dont il avait hérité à la mort de sa mère. Il aurait voulu savoir d’où lui venait le nom : L’abri côtier

#19 Mélusine
|

#19 Mélusine

Quand les parents de Renaud se sont mariés et qu’ils ont acheté la maison, elle portait déjà ce nom. La légende de Mélusine, ils y font référence sans arrêt. C’est devenu un sujet de plaisanterie récurrent, de celles qui ont été répétées tant de fois